Pinguim que retorna para ver um pescador (texto em francês)


Pinguim que retorna para ver um pescador FB

A história de um pinguim que retorna para ver um pescador todos os anos é o assunto de um artigo do Sciences et Avenir. A publicação diz que a poluição humana e a pesca intensiva fazem com que a cada ano muitos pinguins cheguem às praias brasileiras ondem não resistem e perdem suas vidas. Há 5 anos, porém, um desses pinguins escapou desse destino graças a um velho pescador, a quem passou a visitar frequentemente. Segue o vídeo do artigo em inglês e a íntegra do texto em francês:

Pinguim que retorna para ver um pescador:

 

Au Brésil, un manchot vient voir son sauveur tous les ans

Je n’ai jamais vu ça avant”, commente le biologiste brésilien Joao Paulo Krajewski, témoin de l’étrange amitié entre un manchot et le pêcheur qui lui a sauvé la vie.

FIDÉLITÉ. La pollution humaine et la pêche intensive en sont responsables : quantité de manchots s’échouent chaque année sur les plages du Brésil, où ils perdent la vie. Il y a 5 ans, l’un de ces oiseaux a pourtant échappé à ce sort funeste.

Leia mais:

A origem do Dia dos Namorados no Brasil explicada por publicação francesa (texto em francês)

Todos os textos em francês do blog

Retrouvé couvert de goudron et affamé sur une île proche de Rio de Janeiro, ce manchot de Magellan a été sauvé par un vieux pêcheur brésilien du nom de Joao Pereira de Souza. S’en est suivi une histoire aussi belle que surprenante, révélée par le site du Wall Street Journal.

Après avoir recueilli l’animal naufragé, Joao Pereira de Souza a pris soin de celui qu’il a rebaptisé “Jinjing” pendant 11 mois, jusqu’au moment où le manchot a retrouvé l’intégralité de son plumage. Equipé pour nager vers son lieu d’origine, la pointe de la Patagonie, au sud de l’Argentine, le manchot a parcouru près de 8.000 km pour y retourner… Et refait depuis régulièrement le voyage!

Je n’ai jamais vu ça avant“, a déclaré le biologiste brésilien Joao Paulo Krajewski. “Je pense que le manchot croit que Joao fait partie de sa famille, et probablement qu’il est lui aussi un manchot” ajoute celui qui a rencontré le duo insolite.

Quant au pêcheur-sauveur de 71 ans, il déborde d’enthousiasme : “J’aime ce manchot comme s’il était mon propre enfant, et je pense que le manchot m’aime aussi“. Jinjing effectue sa visite annuelle en juin, et peut rester jusqu’en février pour tenir compagnie à son ami humain.”

O texto original pode ser visto aqui.

Gostou? Então curta Respire Francês no Facebook e não perca as novidades!

Posts relacionados:

Deixe uma resposta